Babacar Gaye répond à Habib Sy sur la carence et la léthargie du PDS : «Il doit mieux s’informer »

Les propos tenus par l’ancien ministre d’État libéral et aujourd’hui leader du Mouvement «Vision pour un nouveau Sénégal» Habib Sy sur la carence et la léthargie de l’opposition politique sous la houlette du Parti démocratique sénégalais (Pds) ne sont pas du gout des libéraux. Interpellé sur les remarques faites par son camarade de parti et ancien maire de Linguère, le porte-parole du Parti démocratique sénégalais (Pds), Babacar Gaye, tout en précisant qu’il n’a pas pour mission de répondre à un des militants ou responsables du Pds, a toute de même estimé que celui-ci avait tort. Quoiqu’il soit libre d’avoir une opinion personnelle sur la marche de l’opposition. Pour cause, a tenu à déclarer le porte-parole des libéraux, «le Pds s’emploie, depuis 2012, à résister à l’agression du pouvoir pour la sauvegarde de l’État de droit et à s’organiser avec d’autres forces démocratiques pour que les libertés publiques et les droits de l’homme soient respectés». Et d’indiquer par conséquent que «Dans ce combat, Habib Sy et ceux qui pensent comme lui ont le premier rang s’ils estiment que le Pds, épine dorsale de l’opposition, n’a pas réussi ce challenge. Dès lors, il doit lui-même se poser la question de savoir ce qu’il a fait pour que cette situation n’existe pas». «En tout état de cause, dira Babacar Gaye, ceux qui croient à l’idéal démocratique tracé par Me Abdoulaye Wade, continuent le combat face à un régime qui a des velléités d’opprimer son opposition. C’est dans ce combat que nous attendons Habib Sy et compagnie. Pas dans les critiques ouvertes dans les médias». Le porte-parole des libéraux Babacar Gaye a ainsi invité son camarade à non seulement mieux s’informer des activités de leur formation politique mais encore à s’impliquer davantage dans les activités du parti. «Les instances dirigeantes du Pds se réunissent régulièrement, c’est-à-dire le comité directeur principalement. Et le Pds s’est même effacé pour faciliter la jonction avec d’autres forces politiques de l’opposition qui partagent son orientation et ses options de lutte démocratique. Il appartient à Habib Sy d’informer, de mieux s’informer et de s’impliquer d’avantage. Même si, il a raison de réclamer plus de concertation et de communication à l’interne pour que notre rôle de leader de l’opposition s’affirme d’avantage».
Rewmi.com/FBF