Babacar Gaye : « L’Assemblée nationale ne pouvait plus continuer à violer la loi »

Modou Diagne Fada a indiqué qu’il ne briguera plus la présidence du groupe parlementaire des Libéraux et Démocrates. Contacté par Walf Quotidien, le porte-parole du Parti démocratique sénégalais trouve que ce n’est que justice. Car, selon Babacar Gaye, le président du Conseil départemental de Kébémer n’aurait jamais dû s’accrocher à ce poste. « La démission de Modou Diagne Fada n’a qu’une signification chronologique. Je pense qu’il n’aurait jamais dû s’agripper à des responsabilités qu’aucune légalité encore moins légitimité ne lui permettait d’occuper », martèle l’ancien directeur de Cabinet politique de Me Wade. Poursuivant, Babacar Gaye croit comprendre que ce forcing de Diagne Fada ne pouvait plus continuer à prospérer. « De toutes les façons, l’Assemblée nationale ne pouvait plus continuer à violer la loi. Peut-être c’est ceci qui explique cela », lance-t-il.