Assassinat des Sénégalais à l’extérieur…Macky Sall et Mankeur Ndiaye impuissants et incapables

Depuis 2011, plus de 20 Sénégalais ont été tués entre le Maroc, l’Italie, l’Espagne, les Usa, le Gabon, la Grèce… Des chiffres qui font froid au dos, suscitant ainsi horreur et indignation. Une tragédie ? Un massacre plutôt.
Les sénégalais émigrés à la recherche d’une vie meilleure sont-ils bien protégés par leur pays d’origine. Nous en doutons fort. Dans leurs pays d’accueil, ils risquent tout, y compris leur vie. Avant-hier un violent incendie a ravagé un immeuble d’habitation du XVIIIe arrondissement de Paris, faisant huit morts dont un couple sénégalais et leurs deux enfants. Citons tout récemment les assassinats de Mor Diop et Modou Samb en Italie, Ismaila Faye à Rabat, Charles Ndour à Tanger (Maroc), Moustapha Kebe au Gabon, Magatte Fall à Almeria, Abdoulaye Mbengue à Palma de Mallorca, Aliou Ba à Vicar del Mar, Mamadou Gueye à Barcelone (Espagne). La liste est loin d’être exhaustive. Ainsi il est hallucinant de constater le silence gêné et coupable de nos autorités qui s’illustre dans la gestion de cette série macabre et criminelle par la cacophonie et l’essoufflement médiatique. Tous ces dossiers macabres et criminels dont sont victimes des compatriotes sont restés jusque là impunis. L’on n’a pas senti l’assistance juridique de l’Etat. Et pourtant il appartient à l’Etat du Sénégal de veiller sur ses compatriotes établis à l’étranger. Alors que l’Etat a donc un devoir de protection et surtout d’assistance sur ses immigrés. Il incombait à nos autorités consulaires et diplomatiques de peser de tout leur poids pour que les auteurs de ces assassinats soient jugés et condamnés et les familles des victimes dédommagées. Mais que nenni ! Bref l’Etat du Sénégal ne fait absolument rien du tout pour protéger ses citoyens. Pour preuve encore, deux mois, jour pour jour, après l’agression d’Ousmane Fall, diplomate sénégalais, par des policiers à l’aéroport Tunis-Carthage, qui lui valut 10 jours d’interruption de travail, rien n’a bougé. Les choses sont à la traine : aucune sanction, pas la moindre excuse. Aujourd’hui le ministre des affaires étrangères promet une autre promesse d’assurer un suivi quotidien de ce dossier pour que la lumière soit apportée sur les causes exactes de cet incendie. Mais tous ces crimes resteront impunis. Mais tout ceci traduit l’échec des politiques migratoires de l’Etat sénégalais dans sa mission régalienne consistant à protéger ses fils, où qu’ils se trouvent, fussent-ils à l’étranger. L’on se demande à la limite s’il existe une politique migratoire au Sénégal.
Rewmi