Après les affrontements, marchands ambulants et agents de la mairie au tribunal

Prolongations judiciaires dans l’affaire des affrontements entre marchands ambulants et agents de la mairie de Dakar à Petersen. Hier, deux blessés des deux camps étaient devant la barre du Tribunal des flagrants délits. Tous deux étaient poursuivis pour coups et blessures volontaires réciproques et détention d’arme blanche sans autorisation. Le marchand ambulant Cheikh Sall a comparu le menton et le coup bandé et avait du mal à s’expliquer en raison de ses blessures graves, ce qui lui a valu une liberté provisoire. L’agent de la mairie, Pape Aliou Diatta présentait des blessures moins graves à la tête qui était recouverte de bandage. Cheikh Sall a tenté tant bien que mal d’expliquer au tribunal qu’il n’a jamais levé la main sur Pape Aliou Diatta et que c’est plutôt les agents de la mairie qui les poursuivaient.
Le marchand ambulant explique que c’est Pape Aliou Diatta qui, armé d’une machette, l’a pris en chasse avant de le rattraper et lui en asséner deux coups à la tête. C’est ainsi qu’il a perdu connaissance avant que la foule ne lynche alors Pape Aliou Diatta, ce qui justifie les blessures sur sa tête, déclare-t-il. Mais «nak» comme toujours en pareille circonstance, Pape Aliou Diatta l’agent de la mairie a servi une autre version disant que c’est quand ils tentaient de les déguerpir que Cheikh Sall s’est pointé avec une machette et lui en a donné des coups à la tête avant de s’enfuir. Et c’est ainsi qu’il dit l’avoir poursuivi sur une distance de 700 mètres avant de lui donner, à son tour, deux coups de machette, ce qui justifie les blessures au cou et au menton de son antagoniste. Me Dabo l’avocat de l’agent municipal n’a rien demandé en guise de réparation.

Pour sa part, Me Iba Mar Diop celui du marchand ambulant a réclamé la somme de 1 million de francs estimant que son client a perdu ses dents inférieures. L’avocat ajoute que Cheikh Sall pouvait même mourir des attaques de Pape Aliou Diatta. Le Procureur ira dans le même sens en soutenant que Pape Aliou Diatta est un agent de la mairie préposé au nettoyage. Ce qui veut dire qu’il n’avait rien à faire chez les marchands ambulants. Le représentant du ministère public ajoute que l’agent de la mairie pouvait bien comparaître devant la Cour d’assises. Ajoutant que Cheikh Sall n’a pas varié dans ses déclarations, à l’enquête préliminaire comme devant la barre du tribunal, il a ainsi plaidé sa relaxe au bénéfice du doute. Et en ce qui concerne Pape Diatta, il a requis une peine de 2 ans dont 6 mois ferme.
L’avocat de l’agent de la mairie a jugé la peine requise lourde, et a exhorté le tribunal à faire preuve de compréhension envers son client qui est une victime du système de la mairie qui ne parvient pas à régler le problème des ambulants. L’avocat parle finalement de l’excuse de provocation car son client n’ayant fait que se défendre contre Cheikh Sall qui voulait lui assener un coup de brique. Il a plaidé pour la relaxe à titre principal et une application bienveillante de la loi à titre subsidiaire. Quant à Me Iba Mar, il dit que son client a été attaqué et n’a riposté à aucun moment. Il a plaidé pour un renvoi des fins de la poursuite sans peine ni dépens, à défaut une application bienveillante de la loi. L’affaire a été mise en délibéré jusqu’au 25 juin.