Après la nationalité…La Cojer soulève un gros problème pour les futurs candidats

La COJER de Thérèse Faye Sall demande la déclaration sur l’honneur au moins deux ans avant la présidentielle

Alors que l’on n’en a pas encore fini d’épiloguer sur la proposition de la majorité sur la double nationalité qui stipule que tout candidat à la présidentielle de 2019 renonce à sa double nationalité cinq ans avant le jour du scrutin, les jeunesses républicaines posent une autre condition pour les candidats à une élection présidentielle. Il s’agit de la déclaration sur l’honneur au moins deux avant la Présidentielle pour tout candidat à l’élection présidentielle
Dans une note parvenue à notre rédaction, la Cojer de Rufisque propose la révision de la loi LO 144 du code électoral pour que tout candidat à la Présidence de la République fasse sa déclaration sur l’honneur au moins deux (2) ans avant la date fixée pour le 1ER tour du scrutin présidentiel. En effet, ces jeunes républicains estiment que la déclaration sur l’honneur au jour du dépôt de la candidature au greffe du Conseil Constitutionnel est lacunaire et laconique. ‘’Elle ne permet pas du jour du dépôt des dossiers au scrutin de vérifier la véracité des informations fournies par le candidat’’, a souligné le coordonnateur de la Cojer de Rufisque. Sachant que la déclaration sur l’honneur a pour corollaire la renonciation à la nationalité étrangère des candidats qui avaient une nationalité autre que celle Sénégalaise, ce délai minimal de deux (2) ans permettrait au Conseil Constitutionnel d’avoir le temps nécessaire pour s’assurer de l’exclusivité de la nationalité Sénégalaise de tous les candidats à la Présidentielle, lit-on dans le texte.
En réalité, pour la Cojer, l’effectivité é de la nationalité Sénégalaise pour le Président de la République est importante à plus d’un titre. ‘’La charge de Président de la République étant la responsabilité suprême dans un pays, si le Chef de l’Etat a une autre nationalité, il peut après des crimes graves commis durant son magistère comme la haute trahison, le détournement de deniers publics, crimes de guerre, crimes contre l’humanité etc. aller se réfugier dans le pays ou il a un autre lien de nationalité sans être inquiéter, quelque soit la pression internationale il sera pas extrader.’’ La Cojer prend l’exemple du président Burkinabé déchu Blaise Compaoré qui, dit-elle, s’est réfugié en Côte d’Ivoire où il a obtenu la nationalité juste pour avoir la protection de ce pays.
Aussi la Cojer de Rufisque rappelle-t-elle que des démocraties avancées comme les Etats-Unis exigent l’exclusivité de la nationalité américaine et refusent que quelqu’un qui n’est pas né sur le sol américain ou qui a été naturalisé américain ne puisse être candidat à la course à la maison blanche. C’est la raison pour laquelle soutiennent les jeunesses républicaines de Rufisque Madeleine Albright et Arnold Schwarzenegger n’ont jamais pu être candidat à la Présidentielle américaine. Fort de ce constat, la Cojer pense que la déclaration sur l’honneur faite deux (2) ans avant la Présidentielle et le maintien de la caution à 65 millions sont raisonnables et éviteraient des candidatures opportunistes et fantaisistes. Ainsi les jeunesses républicaines de Rufisque demandent-elles à la majorité de pousser la réflexion et de sonder le peuple pour que cette disposition soit incorporée dans le prochain code électoral qui sera voté à l’issue de ce dialogue.

 

1 Comment

  1. De vrais incultes ces gars de l’Apr.Le moment venu le peuple se dressera contre vous car vous faites tout pour barrer la route à Karim et à Abdoul mbaye, on a tout compris !

Les commentaires sont fermés.