Ansoumana Dione: « Comment le Sénégal risque de sombrer dans une guerre civile »

0
303

Le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), explique aujourd’hui comment notre pays risque de sombrer dans une guerre civile. Pour Ansoumana DIONE, le peuple sénégalais a porté au pouvoir en 2012, un Président Macky SALL qui, lui-même, incarne malheureusement l’injustice, en tant que Gardien de la Constitution. Dans un Etat de droit, respecteux des principes élémentaires de la séparation des pouvoirs, est-il normal qu’un Président de la République se prononce de façon maladroite sur des dossiers de justice, allant même jusqu’à dire qu’il a mis le coude sur certains cas? Non, ce n’est pas sérieux! Le chef de l’Etat Macky SALL est entrain de diviser le Sénégal en plusieurs groupes et cela est extrêmement dangereux. Pour qu’il y ait la paix et la stabilité dans un petit pays comme le nôtre, la toute première Institution doit obligatoirement combattre ces genres de pratiques malsaines qui n’honorent surtout pas un homme qui prônait la rupture, la gestion gestion sobre et vertueuse, ou même la patrie avant le parti.

De l’an 2000 à 2007, si le Président Abdoulaye WADE a été bien soutenu par les populations pour obtenir facilement un second mandat, c’est parce qu’il s’était mis à l’écoute de tout le peuple, en acceptant de recevoir régulièrement en audience, l’ensemble des forces vives de la nation. Mieux, il s’est automatiquement mis au travail depuis son élection, en s’attaquant à de grands chantiers de développement pour faire sortir le pays dans le situation très difficile dans laquelle le Parti socialiste l’avait plongé. Mieux, il avait comme priorité: l’emploi des jeunes, le développement de l’éducation et de la santé, pour ne citer que cela et la construction du Siège actuel du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale qui n’est pas jusqu’ici inauguré, en est une parfaite illustration. Avec lui, beaucoup de projets ont vu le jour à travers le pays et avaient pour objectif: l’amélioration des conditions de vie des populations. Mais, ce n’est que quelques années après sa réélection en 2007, qu’il avait commençé à commettre les grosses erreurs qui lui feront perdre le pouvoir en 2012 et l’on se rappelle tous d’ailleurs de la fameuse histoire du 23 juin 2011.

Aujourd’hui, c’est tout le contraire avec le Président Macky SALL. Après avoir fait condamner Karim WADE, il s’attaque au Maire de Dakar Khalifa SALL qui risque de subir également le même sort. Et, au lieu de permettre à la jeunesse sénégalaise de pouvoir trouver du travail, il passe tout son temps à ne promouvoir que ses propres parents, ses amis et des anciens compagnons de Maître Abdoulaye WADE que le peuple avait déjà sanctionnés. Pire, il barre la route à tous ceux qui ne l’avaient pas soutenu ou qui ne sont pas avec lui, dans le camp présidentiel. Autrement dit, le Président Macky SALL ne cherche qu’à éliminer, au vrai sens du terme, tout individu porteur de développement, ou qui ambitionne d’accéder même au bien-être qui se trouve être un des droits les plus élémentaires de l’être humain. Qui a empêché à Ansoumana DIONE et compagnie de pouvoir travailler pour sauver les nombreux malades mentaux errant à travers le pays, si ce n’est le Président Macky SALL, contrairement à Maître Abdoulaye WADE qui leur avait fait construire en 2004 à Kaolack, un Siège confisqué et fermé depuis 2013? Maintenant, arrivé à ce niveau d’injustice, capable de tuer à petit feu, les membres de la société, les gens vont se révolter forcément et c’est cela qui risque de plonger le pays dans le chaos qui ne laissera personne indifférente, si l’on y prend garde.

Au Sénégal, Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE ont remis, avec tous honneurs, les clefs du Palais de la République à leurs successeurs, en 2000 et 2012. En Gambie, tout récemment, le President Yahya JAMEH a quitté tranquillement son pays, après plusieurs années de règne sans partage. Mais, s’il ne s’arrête pas pendant qu’il est temps, pour faire la paix avec l’ensemble des sénégalais, le Président Macky SALL risque de subir un sort pire que celui du dictateur gambien.

Rufisque, le 21 mars 2017,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Laisser un commentaire