Amath Dansokho sur la grâce de Karim : « Le mot Grâce est lourd de sens…On va se battre pour… »

«Joignant l’acte à la parole, le président de la République, usant de ses prérogatives constitutionnelles, vient donc de «libérer» Karim Wade en le ‘’graciant’’ en un moment symbolique dans l’évolution du Sénégal, c’est-à-dire au lendemain du 23 juin 2016. (…) Le mot «grâce» est lourd de sens. Il renvoie, entre autres, à un pouvoir quasi divin par lequel il est fait acte de rémission par pure bienveillance.

Dans ce cadre, la «grâce» émane d’un pouvoir capable de faire «don de vie» à un être qui ne se relève pas forcément pour en avoir bénéficié… (…) D’abord, nul ne devrait, partant de la décision du président de la République, estimer qu’il y aurait là une sorte d’onction pour la distraction des biens publics, autrement dit, pour l’enrichissement indu en défaveur du Peuple sénégalais. 
Le Pit conserve intacte sa conviction que la lutte pour la préservation des ressources nationales et leur utilisation judicieuse pour satisfaire les pressants besoins des Sénégalaises et des Sénégalais demeure le passage obligé pour hisser notre pays à l’aune des Nations qui comptent. Cette conviction, le Pit va continuer à se battre pour qu’au-delà de ses partenaires de Benno bokk yaakaar, les Sénégalais soient de plus en plus nombreux à en faire une exigence non négociable.»

2 Comments

  1. C EST HONTEUX. CES CHAMPIONS DE LA MEDISANCE ET DE LA DIFFAMATIONS DOIVENT RASER LES MURS CAR KARIM EST SORTI INDEMN DU COMPLOT HOURDI CONTRE LUI PAR LE BIAIS DE L ABOMINABLE CREI.MALGRE 25 COMMISSIONS ROGATOIRES RENTREES BREDOUILLES.ON NOUS PARLE MAINTENANT DE 50 MILLIARDS
    SANS TRACES AU TRESOR

  2. Monsieur Dansokho est incorrigible. C’est à cause de lui est ses autres alliés que Karime à été mis en prison. Maintenant que Maky et tous les sénégalais se sont rendu compte que tout cela n’était fondé que sur du vide, Dansokho et les autres vieux politiciens comme lui montent au créneau pour contester cette libération. Que feraient-ils si leur propres fils se trouvaient dans la situation de Karime. On peut faire de la politique mais on doit penser et réagir comme un homme. On ne joue pas avec la vie des gens pour des raison bassement politique. La prison n’est pas un club de vacance. La prison c’est dure. On ne le souhaite à personne. Il faut redescendre sur terre.

Les commentaires sont fermés.