Amadou Sall au procureur : « Si Omar Sarr est pris en flagrant délit pourquoi n’est-il pas jugé en flagrant délit ? »

Alors que le parquet mettait ainsi sous scellé la question de l’immunité parlementaire du député libéral et invoquait le flagrant délit, dans cette affaire, l’ancien Garde des Sceaux sous Abdoulaye Wade et conseil d’Oumar Sarr se portait-à-faux contre les arguments du magistrat. En se posant tout juste la question de savoir pourquoi son client, s’il est pris en flagrant délit, n’est pas jugé en…flagrant délit ? Ou simplement la question de savoir pourquoi voulait-on le renvoyer devant le juge d’instruction, comme si les dispositions de la loi étaient à double vitesse !
«J’ai dit qu’on ne peut pas, aujourd’hui, violer l’immunité parlementaire. Le procureur dit qu’on ne peut pas violer mais qu’il se fonde sur les dispositions de la loi relatives au flagrant délit. Mais s’il se fonde sur les dispositions relatives à l’article 51 alinéa 2, je me pose une seule question et il est obligé de me répondre et de répondre aux Sénégalais. Oumar Sarr est pris en flagrant délit, pourquoi n’est-il pas jugé en flagrant délit ? Quand vous prenez quelqu’un en flagrant délit, vous le jugez en flagrant délit. Vous ne pouvez pas dire que vous l’avez pris en flagrant délit mais que vous allez le juger devant le juge d’instruction. Les dispositions de la loi ne sont pas à double vitesse», a martelé Me Amadou Sall selon qui le procureur est complètement passé à côté dans cette affaire.