Alioune Tine et Seydi Gassama de Amnesty International rappelés à l’ordre par…

Droits de l’hommistes ou avocats de la perversion ?

L’arrestation de Déesse Major pour atteinte aux bonnes mœurs semble soulever l’ire de MM. Alioune Tine et Seydi Gassama, respectivement  directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre  et  directeur exécutif d’Amnesty international Sénégal. En avocats de la perversion, MM. Gassama et Tine ont foulé au pied les lois et règlements de notre pays. Pour  qui se prennent-ils pour intimer l’ordre au Procureur de la République « de libérer immédiatement » une personne qui a eu mailles à partir avec la justice ? Depuis quand la République du Sénégal est-elle  devenue une jungle où des citoyens, fussent-ils commandités de l’étranger, se permettent-ils de s’opposer à l’action en cours devant la justice ?

Suite à l’arrestation de Déesse Major, des individus  actionnés par des réseaux extérieurs tentent de dicter leur loi. M. Alioune Tine n’a pas hésité à arborer sa robe d’avocat du diable, pour défendre un comportement réprimé par le code pénal sénégalais et rejeté par nos valeurs coutumières et religieuses. Son collègue  M. Seydi Gassama marche sur ses pas et  se demande si le procureur et les membres du Cdvm ne regardent-ils pas les émissions « Dakar ne dort pas » et « Racc » ?  Comme s’il avait oublié que dans l’affaire de Déesse Major, le procureur ne s’est pas autosaisi, mais a agi suite à une plainte déposée par le Cdvm. M. Gassama semble cautionner  cette mauvaise habitude qui tend à dire après chaque faute : « Ce n’est pas moi seul, n’as-tu pas vu l’autre ?». Quand la loi punit un comportement jugé indécent, nul n’a le droit de s’opposer à ce que la loi ne s’applique sur l’auteur d’un tel comportement, sinon on défendrait l’impunité et se proclamerait hors-la-loi !

L’attitude de MM. Tine est Gassama est d’autant plus condamnable qu’elle incite les autres Sénégalais à se révolter contre l’application de la loi, chaque fois que celle-ci ne les arrange pas.

Pourtant,  des Imams ont été interpelés et jetés en prison, sans que les musulmans ne bougent par respect à la loi.  Au même moment, nous remarquons que de prétendus organismes « droits de l’hommistes » se permettent de défier la loi, chaque foi qu’un homosexuel ou un individu perverti,  bafouent les valeurs sacrées de notre jeune  République, sans qu’ils ne soient remis, pour autant, à leur place !  Il est évident que la persistance de telles anomalies,  risque à terme, de nous conduire tout droit vers l’anarchie… Si  M. Alioune Tine et Seydi  Gassama respectent notre justice, ils doivent plutôt chercher de bons avocats à Déesse Major, au lieu d’appeler à des actions antirépublicaines et anarchistes.

Il est temps d’arrêter  ces comportements outrageants,  de peur que  les musulmans, chrétiens et autres défenseurs de nos valeurs  fondamentales, n’appellent, eux-aussi, à un vaste rassemblement dans la rue, pour exiger l’application stricte des textes législatifs et règlementaires que nous sommes choisis  et que force reste à la loi !

Mamadou Bamba Ndiaye

Ancien Ministre des Affaires Religieuses