Alioune Ndao Fall met en garde les comploteurs qui veulent décomposer l’APR

Le 1er décembre 2008, en répondant à cet appel assourdissant gravé dans la mémoire d’un grand nombre de sénégalaises et sénégalais, appel qui proclamait la naissance de l’Alliance pour la République l’Apr,  nul ne pouvait penser qu’une fois le pouvoir conquis cette organisation serait réduite à un mouvement de soutien. Oui, aujourd’hui on peut dire sans se tromper que l’Apr est une armée Mexicaine. Et pourtant c’est cette même armée Mexicaine qui a osé défier le tout puissant pouvoir en place. D’aucuns ne croyaient au sérieux, à la détermination et au courage du général de cette armée, qui finira un soir du 27 février 2012 par placer son candidat face au Président sortant pour le second tour. Cette armée qui semble avoir  perdu son général et son Etat major, est toujours là, vivante et prête à en découdre avec n’importe quelle autre armée.

Si l’on procède à une bonne analyse des différentes consultations depuis, on peut constater que les républicains authentiques ont toujours gagné chez eux dans leur circonscription électorale respective. C’est dire qu’il y ‘a incontestablement une base apériste tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Sénégal. Cette base sociologique, affective, conquise de haute lutte et composé d’hommes et de femmes fidèles au leader du parti,  cette base en perdition ne sait plus  quelle voie suivre, puisqu’elle ne connaît pas et ne reconnaît pas ces  nouveaux leaders, adversaires irréductibles hier, ces nouveaux leaders des salons climatisés, ces nouveaux leaders arrogants, insolents et méprisants qu’on veut l’imposer. Du territoire national jusqu’à la diaspora, cette base sans voix, puisque laissée à la merci des Mouvements de soutien ou à des clans au sein du parti, semble hiberner en attendant le moment fatidique pour sortir et faire face à son propre parti. Hélas ! Elle le fera avec regret, mais elle le fera pour reprendre son parti et ainsi éviter sa mort programmée.

Dans la recomposition  du paysage politique en cours, il n’est pas exagéré de dire que des arrivistes, des militants de la dernière heure, des suiveurs patentés aux ambitions démesurées, en complicité avec certains responsables de l’Apr travaillent sans relâche pour une décomposition de notre formation politique. Mais qu’ils sachent que l’Apr ne sera pas absent. Bien sûr dans la configuration politique actuelle de notre pays, aucun parti ne peut remporter une majorité absolue aux législatives, encore moins gagner seul la présidentielle. Pour autant, doit-on noyer la principale formation politique du pouvoir à une alliance aussi hétérogène en perspective de la succession lointaine non pas du Président du parti, mais du Président de la République? Ceux qui défendent une telle idée vont jusqu’à faire croire au Président de la République cette prophétie de l’ancien Président  Giscard d’Estaing, qui voulait rassembler deux Français sur trois en 1976, dans son livre Démocratie française. Quelle mauvaise foi que de faire croire  qu’en faisant appel à des (partis) GIE, le Président de la république rassemblera deux Sénégalais sur trois en sa faveur en 2019.

Cette stratégie dont on théorise comme soutien au pouvoir pour assurer de prochaines victoires à l’horizon, n’est pas un phénomène nouveau. Le Président Abdou Diouf en fût victime en 2000 avec les Mouvement de soutien et le Président Wade 2012 avec des Mouvements sortie des flancs du Pds tel que la Génération du Concret et consorts. La vérité est  que nous assistons à nouveau, sous le manteau de l’apaisement, non pas à une recomposition de la vie politique dans l’intérêt de la nation, mais à une nouvelle manifestation de la décomposition du militantisme partisan (tel que défini par Max Weber), de l’esprit civique et de l’engagement patriotique du sens de l’intérêt général. Véritablement nous assistons  à la restauration  des méthodes des anciens systèmes rejetées en 2000 et 2012 par les populations sénégalaises de la manière la plus vigoureuse. Les soubresauts politiques des leaders de parti, leurs clins d’œil de plus en plus pressants vers le pouvoir,  n’ont pour motivation que la quête de la posture et du paraître. Pour preuve, les basculements de leurs discours sont trop soudains, trop spectaculaires pour être crédibles.  Mais les Apéristes Authentiques du Sénégal et de la Diaspora, fidèles à leur leader  Monsieur Macky SALL,  Président du Parti, sont sur leur piste. L’armée mexicaine fera  tomber masques et capes  très prochainement.

Alioune Ndao FALL

Secrétaire National chargé de la Diaspora Apr