Aïssata Tall raille les violences à la maison du Parti Socialiste : « En politique, il vaut mieux faire bla-bla que boom-boom »

Des actes de violence ont interrompu le bureau politique du Parti Socialiste (PS) le week-end dernier. Une preuve que la situation de ce parti est très tendue. C’est du moins ce que pense l’une de ses responsables Aïssata Tall Sall. « Je suis sûre que ça a choqué parce que le PS est un parti de débat. Vous avez, quand on laisse des gens parler, ils ont fini d’être mécontents. Mao Tse Toung disait qu’il vaut mieux faire bla-bla que boom-boom. Le bla-bla en politique, c’est une thérapie Il faut organiser le temps de parole et même de la parole critique », a laissé entendre la mairesse de Podor.

Dans un entretien accordé au journal « EnQuête » ce mardi, l’avocate fait savoir que quand on ne laisse pas les gens s’exprimer, « les choses se cristallisent ». Pour elle, « il faut que le PS continue cela, d’autant plus qu’aujourd’hui, c’est une lourde responsabilité ». Car, fait-elle remarquer : « les débats se mènent à l’intérieur, dans les médias. Pas par les socialistes eux-mêmes mais, par ceux que l’on appelle les chroniqueurs, les politologues ».

Poursuivant, Aïssata Tall Sall donne un exemple qui devrait inciter le PS à privilégier davantage les débats. « Moi, parfois, je vois quelqu’un parler de moi à la télé, je me demande si c’est de moi qu’il s’agit. Tellement ils racontent des choses fausses. C’est cela qui accentue notre responsabilité de tenir ces débats, même si c’est difficile. Il faut le tenir libre et responsable sinon, on assiste à des tensions inutiles, dont on peut se passer ».