Aïda Ndiongue reconnue coupable, condamnée mais libre…Ses coprévenus relaxés

La Cour d’Appel de Dakar, présidée par Chimère Diouf, a donné son verdict dans l’affaire Aïda Ndiongue. L’ex sénatrice a été reconnue coupable d’escroquerie et de détournement de deniers publics mais elle a été relaxée des autres délits pour lesquels elle était poursuivie. Le tribunal l’a condamnée à un an avec sursis et une amende de deux millions de francs à payer à l’Etat du Sénégal. Ses coprévenus, Aziz Diop, Madou Sall et Amadou Ndiaye ont été relaxés. A signaler que les prévenus étaient absents de la salle d’audience lors du délibéré lu par le président Chimère Diouf.

2 Comments

  1. Gymnastiques judiciaires pour sauver la face d’un régime ? Est-il acceptable que tout le déluge d’abêtissements médiatiques, de mensonges sur le Plan Jaxaay et autre produits phytosanitaires aboutisse à un an avec sursis et 2 millions d’amende ? Et les 47 milliards du fameux procureur avec lesquels on aurait pu vivre pendant 100 ans en dépensant 1,3 millions par jour ? Et les 12 milliards de bijoux en or, soit 630 kg d’or dans les coffres ?
    Okay, on connait la ritournelle: la justice s’est prononcé, l’affaire est derrière nous. Ils peuvent même ajouter que c’est là une preuve que la justice est libre, que Macky ne fait pas de chasse aux sorcières. Mais messieurs, pouvez vous avoir l’amabilité intellectuelle d’accepter que nous doutions des prochains dires de ce même procureur ?

  2. Voilà une dame qui a été trainée dans la boue par un procureur zélé devant les caméras. Sa fortune violée et présentée devant les sénégalais comme un trophée de chasse. Puis cueillit chez elle par la police le vendredi et enfermée tout le week dans la chaleur étouffante de la cave de la police centrale. Puis présentée manu militari devant la CREI qui la met en prison pendant un an avec des accusations farfelues. Elle a finalement été jugée en première instance et relaxée. Ce même procureur zélé sur ordre du gouvernement fait appel à ce jugement et la CREI la convoque pour l’humilier une deuxième fois. Aujourd’hui elle est condamnée pour une peine que l’on peut qualifier de symbolique parce que ce juge Chimère Diouf n’a pas eu le courage de la relaxer ou bien évite de faire perdre la face à ce pouvoir qui masque son incompétence à travers des décisions hasardeuse guidées par la rancune. Quand on est incapable de dominer ses instincts de vengeance personnelle on doit s’abstenir de diriger un pays. Diriger un pays c’est mettre en avant les intérêts supérieurs de la nation et faire preuve de pondération. Depuis 2012 on a assisté à plusieurs cas qui ressemblent à celui d’Aida Diongue. Aidara qui fut arrêté à l’aéroport parce qu’il avait un chèque de Wade. Il a fait plus d’un an de prison pour rien. TOS aussi a fait les frais de ce règlement de compte pour rien. Le cas de Karime et tant d’autres. Le Sénégal a eu la chance d’avoir eu à sa tête des présidents qui mesuraient bien la gravité de leur charge et le pouvoir qu’ils détenaient. Ils ont tous évité d’en abuser. Maky a été le seul à en user avec autant de cruauté. C’est une preuve de manque de courage. N’importe quelle énergumène qui possède les leviers du pouvoir peut détruire qui il veut. Mais le courage c’est de ne pas les utiliser pour un combat inégal

Les commentaires sont fermés.