Aïda Mbodji porte plainte chez le procureur de la République contre…Fada le Réformateur Mackyllé

Le différend opposant Modou Diagne Fada, président du groupe parlementaire des libéraux et démocrates, à Aïda Mbodj, proposée par Abdoulaye Wade, Sg du Parti démocratique sénégalais (Pds) pour le contrôle de ce dit groupe, a atterri, hier mercredi 21 octobre, sur la table du procureur de la République, suite à une plainte déposée par la dernière nommée. Pourtant, du Comité directeur dudit parti au Palais de justice, en passant par le domicile de Wade, tout comme l’Assemblée nationale, nombreux ont été les cadres choisis en vain pour «régler» le contentieux nait de la volonté de Fada et compagnie de restructurer le parti de Wade.

«Le linge sale se lave en famille». Cet adage, le Parti démocratique sénégalais (Pds) semble ne pas le connaître, ou en fait fie. Pour cause, le différend entre parlementaires libéraux, lors de la session ordinaire unique à l’Assemblée, née d’une brouille causée par la demande de Modou Diagne Fada et compagnie de restructurer le parti, a atterri hier, mercredi 21 octobre, sur la table du procureur de la République. En effet, Aïda Mbodj, proposée à la tête du groupe parlementaire des libéraux et démocrates par Abdoulaye Wade, Sg national du Pds, a déposé une plainte contre son ex-camarade de parti, Modou Diagne Fada, pour faux et usage de faux. Elle accuse, selon son avocat, Me Alassane Cissé, son principal rival à la tête dudit groupe parlementaire de l’opposition, d’avoir utilisé sa signature pour déposer la liste attestant son appartenance à son groupe. C’est cette même liste qui a été validée par le bureau de l’Assemblée nationale, le 14 octobre dernier.