Abdoulaye Wilane, porte-parole du PS : «Le débat sera de meilleure qualité le jour où…»

« Ça dépend de ma conception du débat démocratique. Parce que tel que les débats se déroulent, on pose une question et c’est comme si on veut juste être édifié. Or, le débat qu’il y a eu entre le Premier ministre et l’Assemblée nationale sera de meilleure qualité le jour où l’Assemblée nationale aura les moyens, les fondements légaux d’aborder les questions relatives aux politiques publiques à évaluer et à contrôler. En ce moment, on pourra espérer qu’on aura un débat d’idées, de société. Mais jusqu’ici, ce que les députés font, c’est des questions factuelles qu’ils soulèvent en demandant au Gouvernement ce qu’il en est. C’est fini. Il n’y a pas d’analyse. De ce point de vue, nous nous félicitons pour l’instant de la marche du pays, qu’il y ait au moins cette façon de faire, étant entendu que dans l’avenir, ça va fortement s’avérer. Mais pour cela, il faut que l’ensemble des partis politiques renouent avec la formation. Que les partis politiques, dans l’opposition et au pouvoir, cessent de faire dans le pilotage à vue l’évocation de considérations factuelles. Si les partis politiques ont des politiques publiques, adossées à une idéologie, donc incarnant un projet de société, on pourra savoir ce qui différencie le député libéral du député socialiste, du député conservateur, etc. N’importe quel citoyen sénégalais, de niveau élémentaire, peut poser les questions que posent les députés comme ils les posent. Mais, le jour où le débat politique sera relevé, parce que les partis politiques auront pris à cœur et à bras le corps le défi de la formation idéologique politique, nous aurons des débats beaucoup plus riches. Quand on aura projets contre projets, visions contre visions, on pourra alors avoir des débats qui tournent autour des motions de confiance et de défiance. Mais, qu’est-ce que l’Assemblée peut faire en termes de motions de confiance ou de défiance ? Je ne vois pas. »

Source Sud