Abdoulaye Daouda Diallo : ministre de l’Intérieur le jour, militant de l’APR la nuit

En 3 ans d’exercice du pouvoir, Macky Sall, Président par défaut, a réussi l’exploit inouï d’installer le Sénégal dans une situation de pénurie permanente, d’enchainer les crises universitaires avec son cortège de malheurs (sordide assassinat de Bassirou Faye), d’instaurer un cycle de violences policières par le règne de l’arbitraire et du « DIAL DOLE », de détruire le tissu économique avec la faillite de centaines d’entreprises, mettant au chômage des milliers de pères de familles, de réduire à néant les espoirs du secteur touristique par des décisions inopportunes et hasardeuses, d’abimer considérablement les fondements de la démocratie sénégalaise par une restriction sans précédent des libertés individuelles et collectives, et de multiplier les coups de boutoir à l’encontre de la Constitution sénégalaise, dont l’exemple patent constitue l’énième forfaiture perpétrée récemment à l’Assemblée nationale, avec la violation flagrante de la charte fondamentale et des droits de l’opposition. Avec l’APR, l’exception démocratique sénégalaise vient de connaître un recul de plus 50 ans.
En plaçant le Sénégal dans le dernier groupe des pays les plus pauvres au monde (le rapport officiel du FMI ne fait l’ombre d’un doute, malgré la propagande officielle), Macky Sall impréparé à la charge de la magistrature suprême, sait mieux que quiconque, que son bilan médiocre ne lui permettra pas d’obtenir un second mandat, tant il est évident qu’il ne bénéficiera plus jamais du suffrage de l’immense majorité des sénégalais. Obtenir un score de 20% au 1er tour serait déjà un miracle.
Pour le MSU France, cette situation de désespoir explique la violence permanente (l’arme des faibles) et la fébrilité du régime. Elle permet de comprendre pourquoi Abdoulaye Daouda Diallo est une des pièces maitresses du dispositif de Macky Sall, pour conserver vaille que vaille le pouvoir.
Ministre de l’Intérieur le jour, Abdoulaye Daouda Diallo change de statut en devenant un militant acharné la nuit, car travaillant exclusivement pour le compte de son clan (l’APR) et du Président de son parti. Avec Abdoulaye Daouda Diallo, Macky Sall a inventé le slogan, la République pour le parti.
Le MSU France alerte l’opinion nationale et internationale sur les velléités de fraude d’un régime aux abois. Les événements qui se sont déroulés à Podor et à Saint Louis lors des dernières élections locales par l’inversion du cours du scrutin et le détournement de la volonté populaire, les campagnes clandestines de confection de cartes d’identité pour des militants de l’APR, dans divers endroits du pays (comme le cas flagrant qui s’est passé dans la banlieue, à Guédiawaye , dans une salle, en dehors de toutes les règles élémentaires prévues par la loi et le code électoral), prouvent que ce régime est prêt à toutes les manœuvres pour se maintenir au pouvoir, contre la volonté du peuple.
Le MSU France exige la démission immédiate d’Abdoulaye Daouda Diallo, un Ministre à temps partiel, (Ministre de l’Intérieur le jour), détenteur de fichiers douteux ; un partisan déclaré du pouvoir qui mène officiellement campagne pour son camp. Un comportement qui le disqualifie totalement pour assumer la gestion d’élections libres, transparentes et démocratiques en 2017.
Le MSU exige la nomination, dans les plus brefs délais, d’une personnalité neutre au poste de Ministre de l’Intérieur, et exhorte tous les partis d’opposition regroupés au sein du Front Patriotique pour la défense de la République à activer tous les leviers pour que le Front pour la Régularité et la Transparence des Elections obtienne le départ d’Abdoulaye Daouda Diallo et la présence d’observateurs internationaux lors du scrutin de 2017. Car un régime qui a peur est capable de tout.
M. Sidy Fall Coordonnateur Général du MSU France E-mail : msufrance@hotmail.com