Abdoulaye Daouda Diallo fait pleurer Mbagnick Ndiaye en plein conseil des ministres à Fatick…Inconsolable !

Le conseil des ministres délocalisé à Fatick a été particulièrement mouvementé pour le chef de l’état. en plus d’avoir tancé les responsables «apéristes » de la commune, il a intercepté un message du ministre de l’intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, en pleine réunion du conseil des ministres qui l’a fortement secoué. effet, le message en question qui a complètement assommé le ministre de la communication Mbagnick ndiaye le met en cause d’avoir fait poignarder mortellement son adversaire politique.
Pourquoi donc le ministre de l’Intérieur a-t-il interrompu le Conseil des ministres pour donner une information au président de la République ? Selon nos sources, lors du Conseil des ministres tenu à Fatick mercredi dernier, Abdoulaye Daouda Diallo a montré un message qui a bouleversé la rencontre. Le message en question faisait état d’affrontements au cours desquels un adversaire de Mbagnick Ndiaye a été mortellement poignardé.
Dès que le texto lui est parvenu, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, seule autorité disposant de son portable à tout moment, s’est approché du président de la République pour le lui montrer. Rouge de colère, le chef de l’Etat a apostrophé le ministre Mbagnick Ndiaye. «C’est quoi ce problème ?
Je vous avais demandé de vous entendre et de faire la paix, voilà que vous êtes en train de nous créer des problèmes», a asséné Macky Sall d’un ton désolé à l’endroit des responsables apéristes de Fatick. Complètement assommé par cette interpellation, Mbagnick Ndiaye, presque en sanglots, a tenté en vain de faire comprendre au président de la République qu’il n’est mêlé ni de près ni de loin à cette affaire qui se révélera être un véritable canular. D’après nos informations, Mbagnick Ndiaye était tellement effondré que le locataire du Palais de la République a dû interrompre le conseil, le temps de le consoler. Surtout lorsqu’après vérification, les autorités se sont rendues compte qu’aucun adversaire du ministre de la Culture et de la Communication n’a été mortellement poignardé. Ce qui pose avec acuité la problématique de la crédibilité des services de renseignements au Sénégal.
Cette affaire constitue une véritable aubaine pour les contempteurs de Abdoulaye Daouda Diallo qui ne cessent de casser du sucre sur son dos, même si le chef de l’Etat ne doute point de sa loyauté.

Source l’AS