A quoi joue le PDS ? Une opposition de connivence avec le pouvoir…

Vingt-six ans d`opposition plus douze ans de pouvoir, voilà le palmarès du Parti démocratique sénégalais (Pds), qui a regagné, depuis quatre ans déjà, les rangs de l`opposition.

Le parti de Me Wade qui est la première formation politique de l`opposition si l`on se réfère aux dernières législatives, ne montre pas de signe de vitalité depuis le verdict de Karim Wade et sa libération subséquente après trois années passées derrière les barreaux.

Certes, les libéraux ont brillé de tout bois quand il s`est agi de faire libérer Karim Wade avant la tenue de son procès.
Mais la mobilisation escomptée n`a pas été obtenue. Me Wade, après le verdict condamnant son fils a six ans de prison, a plutôt refroidi les troupes. Le Général n`avait plus envie de se battre. Cette même dynamique s`est accentuée lors de la tumultueuse libération du fils de Wade qui a été presqu`exilé au Qatar sous les yeux hagards des sénégalais.
Personne n`a compris pourquoi cette fois-ci, la grâce a été entourée de conditions contraignantes lesquelles ont été reconnues par Karim lui-même dans une lettre adressée aux Sénégalais du Qatar où il se trouve.

Pendant cette période, le parti a fait montre d`une passivité -complicité déconcertante pour des journalistes incapables d`entendre un seul cacique du parti se prononcer sur l`affaire. C`était l`omerta comme dans la mafia.
Qui plus est, les libéraux ont montré des signes très perceptibles de rapprochement d`avec Macky Sall et son régime ce qui leur a valu les tirs groupés du patron de Rewmi Idrissa Seck. Alors, pendant que l`on se demandait si le Pds est maintenant du camp du pouvoir ou pas, ils se fendent d`un communiqué pour dire leur désir de participer et de gagner les élections du Haut Conseil des collectivités locales mais aussi n`ont pas manqué de critiquer la gestion des dossiers de Nafi Ngom Keita et de Ousmane Sonko par Macky lui-même.
C`est à ne rien y comprendre. Le Pds montre certes des signes de vie mais sa vitalité fait défaut. Or, c`est un parti de combattants nourris à la sève guerrière des batailles politiques et préparé à tous les combats.

Quand ils avaient les coudées franches, une vingtaine de personnes ou plus a été inculpée par le régime de Macky Sall.
Aujourd`hui, l`aventure du parti est très ambiguë. Le Secrétaire général Me Wade ne donne plus signe de vie. Il ne daigne pas se prononcer sur la libération de son fils. Ses partisans se contentent de fuir les médias et subitement, de revenir sur la scène politique comme si de rien n`était.

On peut se demander alors à quel jeu joue ce parti. Incapable de renouveler ses instances, devenue une armée mexicaine où aucun chef ne veut se ranger derrière un autre, acculé par le régime, son candidat déclaré, exilé avec un problème réel de leadership, avouons que c`est un peu trop pour comprendre quelque chose dans la démarche des libéraux.

Ce qu`il faut comprendre par compte, c`est qu`il a des responsabilités historiques à assumer et qu`il ne doit pas se débiner sous l`autel de quelque protocole que ce soit.

Mais si le Pds veut s`allier avec le régime de Macky, il doit assumer clairement son option et aller vers une communication claire.

Le clair-obscur, voilà ce que le parti de Wade sert aux Sénégalais pour des besoins stratégiques qui pourraient pourtant hypothéquer ses chances de reconquérir le pouvoir dans un délai raisonnable. Car, les populations, agacées, pourraient les sanctionner une fois de plus en leur reprochant de n`avoir pas joué franc-jeu. Est-il si difficile de fonctionner comme un parti normal ?

Rewmi