A l’origine de la discorde au PDS…Une lettre injurieuse de Fada à Wade : le petit s’est défoulé sur le vieux

Si Me Abdoulaye Wade a insisté pour que Modou Diagne Fada ne soit plus président du groupe parlementaire des « Libéraux et démocrates », c’est parce qu’il s’est senti réellement offensé. Dans une lettre qui lui a été adressée, le leader des réformateurs et ses amis l’accusent d’avoir foulé au pied les statuts lors de la mise en place du Secrétariat national.

Dans la missive que le journal L’As s’est fait écho dans sa parution de ce jour, Modou Diagne Fada et son groupe soutiennent qu’en procédant à la nomination du nouveau Secrétariat national composé de 60 secrétaires nationaux et leurs adjoints, Me Wade a violé les statuts du Parti démocratique sénégalais (Pds). Les réformateurs évoquent notamment l’article 22 des textes du Pds qui stipule effectivement que  »le Secrétariat national assiste le secrétaire général national. Il est composé de 25 à 50 membres nommés par le Secrétaire général national et prenant le titre de Secrétaire national ».

Modou Diagne Fada et ses camarades trouvent également incompatible  »le cumul des fonctions de Secrétaire général adjoint et de Coordonnateur général du parti ». Une donne qu’ils considèrent comme une aberration, surtout que les statuts disposent que, soit l’un ou l’autre, mais les deux à la fois apparaissent comme un excès de pouvoir. Sans le nommer, ils pointent du doigt Oumar Sarr qui occupe ces fonctions.

Autres griefs reprochés au Pape du Pape Sopi, les réformateurs notent que leur leader qui se vante d’être l’initiateur de la parité au Sénégal, « ce qui nous vaut d’ailleurs un respect et une admiration à travers le monde et dans les grandes démocraties », n’a pas daigné l’appliquer au Pds en mettant en place un « Secrétariat national qui ne compte que 6% de femme ».

D’ailleurs, soulignent-ils, « les femmes ne sont pas les seules à être sous représentées. La marginalisation des jeunes qui ne représentent que 1,2% est également, à leurs yeux, un sujet d’inquiétude, d’autant plus que ceux-ci paient présentement leur liberté pour la survie du parti ».

Last but not least, les réformateurs soulignent que les cadres qui tiennent le flambeau du parti et portent fièrement en bandoulière le bilan et l’héritage de son régime, ne sont pas bien représentés selon les profils.

Aussi, ont-ils souligné dans la missive que le critère géographique n’a pas été pris en compte dans le Secrétariat national mis en place. Alors que Dakar se taille la part du lion avec 27 secrétaires, soit 16,2%, les régions Tambacounda, Matam et Fatick, Saint-Louis et Kaffrine ont reçu des miettes, Kédougou, et Kolda se retrouvent avec zéro représentant.

Toujours dans le chapitre de la représentativité, Fada et ses camarades manifestent leur incompréhension et se demandent pourquoi les maires sont sous-représentés dans ce Secrétariat national. En vérité, sur 80 maires libéraux que compte le parti, seul 7 sont nommés….

Autant de griefs auxquels les réformateurs suggèrent à Me Wade de procéder à toutes les corrections, d’opérer des renouvellements du parti de la base au sommet et d’engager des réformes profondes du parti.

2 Comments

  1. Juste Parce qu’ils savent que le président va faire des retouches au secrétariat national et ils publient afin de faire croire demain que leur lettre à fait pression. Quels tricheurs ces aigris !

  2. Je suis un maire du pds, j’étais contre les réformateurs mais s’ils ont vraiment envoyé à maitre wade un tel courrier, c’est qu’ils merdent respect e considération. Ils ont dit tout haut ce que tout le monde dit tout bas. Quand on est dans un parti, on doit veiller à l’équilibre entre les differentes composantes. Regardez, parmi les 12 députés du pds, 9 sont elus sur la liste nationale. Parmi ces 9, trois sont de la region de saint Louis (Omar sarr, Ousmane Ngom, Fatou Thiam), deux sont du seul département de Kébémer ( Fada et lamine Thiam). Est ce que cela est juste? Et les autres region, n’ont-elles pasnleur place au pds? Golo ligueyy baboune doundou. Lolou mofi dièh.

Les commentaires sont fermés.